De la Préhistoire à l'Histoire

Par Stéphane Gustave, ASSA Barzan

Situé en Charente-Maritime, sur l'estuaire de la Gironde, à 2 km du village de Talmont, près de ROYAN, le site archéologique de Barzan, au lieu-dit "Le Fâ", est l'un des plus importants de la région Poitou-Charentes.

Implanté sur un versant en pente douce vers la Gironde, il est entouré d'un croissant protecteur de collines. Les plus anciennes traces d'occupation humaine se rencontrent sur les sommets de ces collines. Par la suite, la vie s'est déplacée sur le versant, sans doute lors de la création du port.
En 1970, au cours du nivellement du terrain précédemment encombré par un réservoir américain datant de 1917, la découverte de céramique néolithique fut signalée au groupe de recherche archéologique de Saintes qui fut alors chargé de procéder à un sauvetage. La couche archéologique comprenait une zone cendreuse avec pierres de foyer entourées de poteries, outils en silex et en os, haches polies et meule ; ces découvertes suggéraient l'emplacement de fonds de cabanes.

Toute la céramique découverte témoigne d'une production liée au groupe des Matignons qui occupait la région vers 3500 av. J.-C. Il fallut attendre 1975 et les photographies aériennes de Jacques Dassié, un ingénieur passionné d'archéologie, pour découvrir que ce site était en outre fortifié.

Ce site de La Garde présente, comme de nombreux autres camps néolithiques découverts en Saintonge, toute une série de fossés circulaires et des entrées en chicanes (dites en « pinces de crabes »), destinées à obliger les assaillants à cheminer sous les coups des défenseurs abrités.


Camp néolithique site de La Garde à BarzanLa colline de La Garde avec ses traces successives d'occupation. © Jacques Dassié